Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 09:35

Orleans 2025     

 

 

 

 

       I.          INTRODUCTION

 

Lors de l’enquête publique sur le projet de PLU d’Orléans, le sujet de l’évolution de la qualité de vie sera naturellement au cœur des analyses.

En effet le PLU, qui définira l’évolution de la ville pour une quinzaine d’années, doit être conçu pour lutter contre son étalement (pour éviter le « mitage » des environs...) tout en y développant la qualité de vie, pour satisfaire les habitants actuels mais aussi pour sa réussite dans la compétition entre villes; la qualité de la vie dans une ville étant un facteur majeur de son
attractivité, conf article en lien

 

Dans ce cadre il faut mettre en exergue l’ensemble « densification-circulations - qualité de l’air- bruit » : le présent article a pour objectif d’actualiser les informations sur ces 4 sujets (les articles antérieurs qui s’y rapportent sont mis en lien).

 

     I.    ACTUALISATION "DENSIFICATION ET CIRCULATION INDUITE"  

    

  Contexte : orientations du projet de PLU et observations :

 

Lors des réunions sur le projet de PLU (partie PADD : en juillet, conf article en lien et partie règlements de zones : en décembre, conf article en lien) il est ressorti que la densification des quartiers d’habitation existants ne semblait pas brutale, mais aussi :    

·      un objectif de forte densification en activités tertiaires sur les mails et la RD2020 : conf « Renforcer les activités tertiaires dans l’espace urbain »  page 11 du projet de PADD du PLU, en lien

 

·      la création /développement de ZACs très importantes desservies par ces axes : conf « Organiser le développement urbain par de nouveaux quartiers » page 53 du PADD en lien (la considérable ZAC Dessaux, conf ci-après, s'y ajoute)  
 

     

  1.       Actualisation sur la ZAC Dessaux :
    
 

Il s’agit d’une actualisation de l’article en lien,  qui soulignait le risque que le trafic induit

par cette « gigantesque » ZAC surcharge de l’axe RD2020-mails, à l’opposé

l’objectif de réduire le trafic sur les mails pour pouvoir « recoudre la ville" (conf ci-après).
    
 

·     Rappels sur le projet de ZAC Dessaux présenté en 2011, conf lien 

    
   
Au total 110 hectares, 2.500 logements, 650.000 m2 de bureaux, avec, dans une première tranche de 34ha prévue pour 2015, le projet Citévolia de la CCI, conf lien,  destiné à intégrer le transfert du siège et d’activités de formation dans un dispositif  défini comme
« un espace de vie, un quartier d’affaires, une plateforme innovante de services pour les entreprises, leurs salariés et usagers »
   
   

·     Actualisation : un article de la Tribune d’Orléans du 2 février 2013, en lien, fournit de nouvelles précisions, dont sont extraits les éléments suivants

 

 

La première phase de ce nouveau quartier, mêlant 140.000 m2 de bureaux, 3.000 logements (soit en première tranche plus que le projet total initial) devrait débuter en 2015.

 

« C'est un projet gigantesque. Le plus grand qu'Orléans ait connu depuis plusieurs dizaines d'années, «de même ordre d'importance que La Source», affirme Charles-Eric Lemaignen, président de l'AgglO d'Orléans ».

 

« Trois groupements en compétition ont jusqu'à fin avril pour présenter leur esquisse de projet urbain sur les 20 ans à venir, ainsi qu'une estimation du coût de l'aménagement et le contenu de la première phase du projet, à savoir les 36 hectares du futur quartier d'affaires Citévolia.

 

Le projet comprend un pôle tertiaire avec 140.000 m2 de bureaux pour la première phase, dont Citévolia, avec de la formation continue, de l'innovation... ainsi qu'une offre hôtelière pour répondre aux besoins en matière de tourisme d'affaires, et 3.000 logements à terme soit 6.800 habitants, accompagnés par des équipements de proximité comme des crèches, des écoles et des gymnases,

 

«L'idée est d'étendre la ville vers le nord, avec une coulée paysagère au milieu, intégrant des transports en commun en site propre». La fluidité de la circulation fait d'ailleurs partie des autres priorités du projet, avec une ouverture de la gare d'Orléans à l'ouest et la réorganisation du stationnement et du franchissement des voies ferrées.

 

La mise en œuvre de la première phase du projet, sur 36 hectares, se fera sous forme d'une ZAC, et devrait débuter en 2015 avec 14.000 m2 de bureaux et 600 logements, construits autour du futur centre d'affaires Citévolia. La Chambre de commerce et d'industrie devrait ainsi pouvoir aménager dès mi-2015
    
 

Lors de la réunion sur la requalification du tronçon de la RD2020 dans la zone Libération-gare de la RD2020, le Président de l’AgglO a signalé l’objectif que la ZAC ne pose pas de problème de circulation dans la zone urbaine et l’engagement d’une étude approfondie pour cela : il reste donc à voir à quelles solutions celle-ci aboutira.

 

     

·     Point à préciser : le transport en site propre traversant la ZAC mentionné dans l’article ci-avant,  desservira-t-il aussi l’Hôpital Nord, pour  les raisons et avec les possibilités indiquées dans l’article antérieur en lien.

 

    2.     Actualisation sur la ZAC des Groues (conf article antérieur en lien)

 

·      Rappel :  projet d’implantation en lien   , portant sur 1200 logements, des activités tertiaires et un parc de 8 ha.

 

·      Actualisation

 

ü  Une alternative a été proposée par l’Association Pôle Nord : destinée en particulier à renforcer l’intégration du site dans le tissu urbain environnant et augmenter les dimensions du parc boisé en réduisant le nombre de logement à 800/900

ü  Mise en place de la gouvernance du projet dans le cadre du SIVU constitué par Orléans et St Jean de la Ruelle : constitution en février du Comité d’acteurs, conf lien

 

ü  Projet connexe : création d’une chaufferie au bois pour le réseau de chaleur urbain (nord de la Loire)  : Rapport du Commissaire Enquêteur, en lien 

Ce projet a un impact sur la circulation : alimentation par environ 50 AR de camions par jour sur la RD2020 et la voie des Groues et sur la qualité de l’air en raison de ce trafic et des fumées, en particulier provenant de la combustion de palettes, part notable du combustible de la chaufferie.    

Sur ce dernier point se pose la question des dispositions / contrôles … permettant de garantir aux habitants que ne seront jamais brulés des broyats de palettes traitées (et plus largement de bois traités) qui relèvent de l’incinération de déchets et non de l’utilisation comme combustibles de chaufferies  : conf  le document en lien        

Concernant le flux de camions sur le RD2020 et la voies des Groues (au contact de l’éco-quartier) :    

ü  il est évident que l’exigence d’une telle noria de camions sur des voies en zone urbaine met en cause le principe même d’y implanter une chaufferie au bois et qu’il y a lieu de revoir le sujet en tirant parti de la voie ferrée qui passe le long du site.    

     

ü  suite à notre demande, la Ville a précisé les difficultés techniques et   économiques d’une alimentation du site par voie ferrée au stade actuel,        

ü  le Commissaire-enquêteur a indiqué dans ses conclusions, en lien, que l’alimentation par camions pourrait ultérieurement se faire voie ferrée.    

 

ü  Sur ces bases il faut a minima que l’organisation du site soit conçue     pour cette évolution : point de livraison devant pouvoir être atteint par des wagons en bout de train en recul...
    
 

     II.          ACTUALISATION SUR LE PLAN DE CIRCULATION :
   
   

·     Rappel : élaboration d’un PLU communal fonde la densification de la ville sans la coupler à une étude d’impact sur les déplacements, en particulier la circulation automobile, ce qui constitue problème crucial à Orléans du fait du problème des mails et d’un nombre de ponts insuffisants.
   
   

Le fait que le sujet des déplacements relève du niveau AgglO ne fait pas disparaitre la réalité : comment concerter sur une densification sans en tenir compte, alors qu’elle induit les circulations de dizaine(s) de milliers d’habitants supplémentaires, a fortiori avec un projet de requalification des mails qui implique d’y réduire les flux.

En l’absence d’information sur des dispositions ad hoc il y a une forte crainte d'explosion du transit dans des rues de quartiers denses limitrophes (conf articles antérieurs en lien, sur la circulation à Orléans et sur son
 articulation avec le PLU.)
    
 

·     Actualisation : annonce par la Ville du lancement d’une étude de circulation, qui devra naturellement prendre en compte l’impact de la densification prévue dans le PLU.

 


Se pose naturellement la question de la liaison entre l’enquête publique sur le projet de PLU,
avant juillet, et les conclusions de cette étude.

 

Un éclairage sur le sujet de la création de bouchons est fourni par les recommandations du Commissaire Enquêteur sur la requalification des mails conçue en 2010, en lien
   


    III.          ACTUALISATION SUR LA qualité de l’air :

 

·     Actualisation : Extraits  d’un « rapport inquiétant de l’institut national de veille sanitaire (INVS) sur la qualité de l’air dans l’agglomération d’Orléans », en lien , (une étude sur les années 2008 à 2010 vient d'être rendue publique).

« Les particules fines, les plus sournoises atteignent 19 microgrammes\m3, contre 10 recommandés. C'est surtout ce dernier chiffre qui est préoccupant pour la santé des Orléanais.
Globalement, l'agglomération se situe dans la moyenne de villes comme Nantes, Bordeaux ou Lyon, qui sont pourtant autrement plus denses.

 

Ces polluants représentent un aller direct pour amener, tout droit dans les cellules, des composés toxiques. Facteurs de cancers, d'infertilité, et encore plus dangereux pour les personnes fragiles, comme les enfants, les asthmatiques ou les seniors.

 

L'ARS (Agence régionale sanitaire) a imaginé un scénario dans lequel on baisserait de 5 microgramme\m3 la quantité journalière de particules présentes dans l'air. A cette fin, il faudrait limiter le trafic routier et améliorer la combustion des voitures vieillissantes.

 

En atteignant les recommandations de l'OMS, pour la qualité de l'air dans son ensemble, chaque Orléanais gagnerait huit mois d'espérance de vie à partir de trente ans. Pour cela, il faudrait non seulement poursuivre les actions pendant les pics de pollution mais surtout mener un travail de fond contre la pollution, tout au long de l'année. »    

Il s’agit d’un problème majeur de santé publique:  conf article en lien

Dans le cas d’Orléans il est évident que le sujet est l’éloignement du trafic de transit.

La desserte de nouvelles ZACs par les axes RD2020 - mails – av J Zay – Droits de l’Homme et la densification de ceux-ci ne peuvent que dégrader la situation sur leur parcours, où les particules fines sont déjà au double du seuil recommandé, sauf à organser des circuits pour les délester.
    

Il se pose aussi la question des flux de camions dans l’agglomération résultant du choix de développement d’activités logistiques.    

Les émissions dues à environ 40000 AR de camions / an pour l’alimentation des deux chaufferies à bois situées en zone urbaine, qui s'ajoutent aux flux, ne peuvent que préoccuper les habitants.

S’ajoutent aussi les retombées des composants de leurs fumées, de peu inférieurs aux seuils autorisés : même faibles,
conf lien, ces émissions impactent une situation déjà défavorable (d’où le regret de l’Autorité Environnementale que le dossier de la chaufferie des Groues ne spécifie pas la réduction son régime lors des pics de pollution).
 

Les habitants ont tout intérêt à s'impliquer fortement sur ce sujet, du fait de l'impact sur la santé et du fatalisme des autorités illustré par les propos du maire de Montargis rapportés dans l’article de La République du Centre, en lien

 

   IV.          ACTUALISATION SUR LE SUJET Du bruit :
    
 

·     L’article de La République du Centre, en lien (décembre 2012), qui se réfère aux cartes du bruit de l’AgglO, indique que 52.500 habitants sont soumis à des niveaux de bruit routiers supérieurs au seuil réglementaire.

L’article met en évidence que c’est le cas le long des mails, de la RD2020, de l’av Jean Zay / Droits de l’Homme.

La situation sur ces axes risque donc de devenir catastrophique car d’une part ils seront densifiés et d’autre part ils desserviront les nouvelles ZACs (conf §II) :  
 

 

·     Extraits de l’article :

« Mais à quoi serviront toutes ces données ? Dans un premier temps, à « informer les populations exposées »
 : 19% de la population de l’AgglO pourra découvrir que le niveau de bruit qu’elle subit dépasse la réglementation
 

« ... Dans un second temps, à élaborer un plan de prévention du bruit, prévu pour juillet 2013»  explique Hugues Saury, élu chargé du développement durable à l'AgglO

 

Pour éclairer les choix du PLU, ce « plan de prévention du bruit », devrait préciser :

ü  les conséquences de la densification et des projets à fort impact sur le bruit, dont la transformation de la ligne de Tours en artère de ferroutage, qui longera la ZAC Coligny, la ZAC/éco-quartier  des Groues : conf article antérieur en lien …ainsi que la future ZAC Dessaux
   

ü  des dispositions concrètes, réalistes et efficaces pour réduire le bruit en zone urbaine     

« ... C'est (le Plan de Protection)  un acte important, parce qu'à l'échelle du temps, il engage une prise de conscience » : de qui est attendue cette prise de conscience ? qu’en est-il attendu ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog JGA / CREO
  • : Compilateur d'informations et réflexions en vue des concertations et enquêtes publiques sur l'urbanisme : PLU, PLH, SCoT, PDU, ZPPAUP/AVAP ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens